Did you know that your version of Internet Explorer is out of date?
To get the best possible experience using our website we recommend downloading one of the browsers below.

Internet Explorer 10, Firefox, Chrome, or Safari.

PRÉSIDENTS FONDATEURS

La Soka Gakkai a été fondée en 1930 par Tsunesaburo Makiguchi et son protégé, Josei Toda. Tous étaient des éducateurs et M. Makiguchi, qui approchait déjà la soixantaine quand il rencontra le bouddhisme de Nichiren, avait consacré l’essentiel de sa vie à la réforme de l’éducation. Il développa une pédagogie qui reposait sur sa conviction que l’éducation avait pour but le bonheur des enfants. Dans le bouddhisme de Nichiren, il trouva une philosophie tout à fait en accord avec ses propres idées. Le souci de réforme sociale de Nichiren l’inspirait tout particulièrement.

 Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le gouvernement militariste japonais emprisonna Tsunesaburo Makiguchi et Josei Toda, jugés coupables de « délits d’opinion » pour leur opposition à ses politiques. M. Makiguchi, alors septuagénaire, mourut en prison, épuisé par la malnutrition.

À sa libération de prison en 1945, Josei Toda relança la Soka Gakkai et en fit une organisation qui, à sa mort en 1958, comptait déjà près d’un million de membres.

Daisaku Ikeda, disciple de Josei Toda, joua un rôle déterminant dans ce développement de la Soka Gakkai après la guerre. En 1960, à l’âge de 32 ans, il lui succéda à la présidence de l’organisation. Sous sa direction, la Soka Gakkai continua de se développer de façon spectaculaire et essaima en dehors du Japon. En 1975, Daisaku Ikeda fonda la Soka Gakkai internationale.

À travers les différentes institutions pour la paix, l’éducation et la culture et les établissements d’enseignement qu’il a créés, et les nombreux dialogues qu’il noue avec des intellectuels du monde entier, Daisaku Ikeda continue d’approfondir sa réflexion sur l’application de la philosophie et des principes bouddhiques aux défis de la société mondiale.

Pour en savoir plus:

Tsunesaburo Makiguchi

Josei Toda

Daisaku Ikeda

Avec l’autorisation de www.sgi.org